Qualité de l'air : on tire les choses au clair

Depuis le 1er janvier 2021, un nouvel indice atmosphérique offre une meilleure compréhension de la qualité de l’air en France. C’est l’occasion de faire le point sur les impacts de la pollution atmosphérique pour la santé et l’environnement. On en profite pour explorer les outils à disposition des Comités Sociaux et Économiques (CSE, ex-Comités d’Entreprises) pour agir.

Quoi de neuf chez Atmo ?

L’indice Atmo est un indicateur journalier de la qualité de l’air né en 1994. Il mesure la concentration dans l’air d’un certain nombre de gaz polluants. Depuis sa création, la méthodologie de calcul était restée inchangée. Pour ses 26 ans, le nouvel Atmo a donc fait peau neuve !

 

L’ajout de nouveaux gaz est l’une des nouveautés majeures. L’ancien Atmo ne mesurait que quatre polluants : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et particules (PM10). Notons au passage que l’on n’y trouve pas le dioxyde de carbone (CO2) : nous y reviendrons. Le nouvel indice prend désormais en compte les particules de diamètre inférieur à 2,5 µm (PM2,5) – plus connues sous le nom de particules fines.

Ces particules (PM2,5) pénètrent plus facilement dans l’organisme que leurs aînées les PM10. Les PM10 vont jusqu’aux bronches, les PM2,5 vont jusque dans les alvéoles et les plus petites (PM1,0) peuvent même passer dans le sang. « En zone rurale, les épandages agricoles et les émissions liées au chauffage sont surtout des PM2,5. En ville, les particules proviennent du freinage des véhicules et de l’usure des freins » explique Thomas Bourdrel, cofondateur du collectif Air-Santé-Climat, dans l’Humanité

 

La révision à la hausse des seuils d’alerte est une autre avancée majeure. En effet, les standards européens, plus protecteurs pour la santé, n’étaient pas intégrés dans l’ancien Atmo. C’est désormais chose faite. 

 

Autre nouveauté à souligner : l’ancien Atmo n’était disponible que sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Le nouvel indice concerne désormais le pays entier, avec une évaluation disponible au niveau de chaque communauté de communes.

 

Un exemple concret ?

Voici par exemple les prévisions de concentration des particules fines (PM2,5) le 13 janvier 2021 en France métropolitaine disponible sur la plateforme nationale PREV’AIR (Jacques de son prénom… euh, non).

 

Carte des prévisions PREVAIR

 

Selon les seuils et les couleurs du nouvel Atmo, la qualité de l’air est considérée comme dégradée à partir de 20 µm/m2 (jaune). A partir de 25 µm/m2 (orange), elle est mauvaise. A noter que L’Organisation Mondiale de la Santé recommande une valeur de 10 µ/m3.

 

 

Plus de jours pollués : est-ce qu'on doit s'inquiéter ?

Eh oui : on peut s’attendre à plus de jours pollués avec le nouvel Atmo. Par exemple, Paris devrait passer de 10 à 83 jours par an en indice “mauvais”.  Pour les Marseillais, ça sera 89 contre 5, et pour les Lyonnais 108 contre 14.

 

 

Pas de quoi s’alarmer pour autant. La méthode de calcul étant devenue plus exigeante, les dépassements de seuil reflètent désormais la réalité, alors que l’ancien indice avait tendance à minimiser le niveau de pollution.

 

Malgré cet effet trompe l’œil, la qualité de l’air s’est plutôt améliorée en France ces dernières années, avec deux fois moins de particules émises en 2019 qu’en 2000 (Ouf !). Il reste cependant du chemin à parcourir pour respecter les valeurs limites au quotidien sur l’ensemble du territoire. 

Evolution des principaux polluants de l'air

Ci-contre : malgré certains dépassements, les émissions de gaz polluants sont en baisse depuis 20 ans, selon le Bilan de la qualité de l’air extérieur en France en 2019. © SDES / réalisation Datagora

Selon les seuils et les couleurs du nouvel Atmo, la qualité de l’air est considérée comme dégradée à partir de 20 µm/m2 (jaune). A partir de 25 µm/m2 (orange), elle est mauvaise. A noter que L’Organisation Mondiale de la Santé recommande une valeur de 10 µ/m3.

 

Bonne année... et bonne santé ?

 

Si la qualité de l’air nous importe, c’est en premier lieu pour ses conséquences sur la santé. La pollution atmosphérique serait responsable de 48 000 décès prématurés par an, soit 9% de la mortalité en France. A titre de comparaison, l’épidémie de Covid-19 a donné lieu à  68 800 décès selon les estimations de Santé Publique France (au 12 janvier 2021).

 

Les épisodes de fortes concentrations de produits polluants conduisent à des irritations oculaires, des crises d’asthme ou encore des troubles cardio-vasculaires et respiratoires. Mais les effets nocifs ne se limitent pas aux pics de pollution, bien au contraire. C’est l’exposition chronique à la pollution de l’air qui présente le plus de risques pour la santé : cancers, pathologies cardiovasculaires et respiratoires, troubles neurologiques, troubles du développement, diabète, etc. Dans les zones les plus exposées, la perte d’espérance de vie pourrait dépasser 2 ans.

 

Au-delà de la santé humaine, la pollution de l’air fragilise également nos écosystèmes. L’ozone, par exemple, provoque l’apparition de nécroses visibles sur les plantes et entraîne des baisses de rendement agricole – entre 5 et 20 % selon les cultures. D’autres polluants contaminent les sols et l’eau et perturbent l’équilibre chimique des végétaux. C’est par exemple le cas de la pollution à l’azote, qui entraîne une croissance anormale des algues sur les étendues d’eau, ou encore des phénomènes de pluies acides, très nocives pour les forêts.

Qualité de l'air et climat, même combat ?

Non et… oui. 

 

Les polluants mesurés par Atmo ne sont pas les mêmes que les gaz régis par le Protocole de Kyoto (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote et trois substituts des chlorofluorocarbones).  Ces polluants sont à différencier des gaz dits « à effet de serre » qui sont responsables du réchauffement climatique – à l’exception notable de l’ozone qui coche les deux cases (pollution + effet de serre). Paradoxalement, certains polluants atmosphériques ont même tendance à refroidir le climat : c’est le cas de la plupart des particules en suspension dans l’air, aussi appelées  « aérosols » (on y retrouve nos fameuses particules fines). Ce n’est donc pas tant pour le climat qu’Atmo nous inquiète, mais bien pour la santé humaine et celle des autres êtres vivants.

 

Malgré tout, les polluants d’Atmo proviennent des mêmes activités (industrie, transports, agriculture) que les gaz à effets de serre. Beaucoup d’activités émettrices de pollution sont associées à une consommation d’énergie. La plupart des actions de sobriété énergétique contribuent donc à la fois à améliorer la qualité de l’air et à lutter contre le changement climatique.

 

Le transport, par exemple, représente 55% des émissions d’oxyde d’azote. Privilégier la marche, le vélo et les transports en commun, choisir le covoiturage ou encore pratiquer l’éco-conduite (vitesse souple et réduite, usage modéré de la climatisation…) constituent des solutions communes pour la santé et pour le climat. De même pour les économies d’énergie à la maison, comme choisir un appareil performant (chaudière à condensation, label Flamme verte…), ou encore isoler son logement et réduire la température.

 

Ce constat n’exclut pas quelques contradictions soulignées par Atmo France. Par exemple, le chauffage au bois – qui permet de diminuer les émissions de CO2 mais peut s’accompagner de rejets de polluants pour certaines installations – ou encore les véhicules diesels – qui émettent moins de CO2/km mais émettent davantage de particules et d’oxydes d’azote.

Agir : quelques ressources utiles pour les CSE

Vous êtes représentant(e) du personnel et vous souhaitez vous mobiliser ? Vous pouvez commencer par  informer les salariés de la qualité de l’air près de chez eux.

 

Pour cela, retrouvez les informations de votre région sur le réseau Atmo, avec par exemple la mise en œuvre du nouvel indice par AirBreizh ci-dessous.

Vous pouvez également informer les salariés sur les enjeux de la qualité de l’air et les solutions à leur portée, par exemple grâce à ce guide pratique du Ministère de la Transition Écologique, publié en juin 2020. Autre pépite, cette campagne et ces affiches clés-en-main réalisés par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, pour sensibiliser les salariés aux bons gestes à adopter !

 

Et si vous voulez aller plus loin encore, retrouvez tout un tas d’idées pour accompagner l’évolution du mode de vie des salariés vers davantage de sobriété dans notre précédent article.

 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
©ATMO France / Agence Terra Publica

Les engagements Représente.org 🌱

Chez Représente.org, nous aidons les représentants du personnel à s’engager pour l’environnement aux côtés de leurs collègues. Activités de sensibilisation, interventions d’experts, mise en place de services innovants via les œuvres sociales : nous construisons des solutions sur-mesure pour les besoins de votre CSE. Intéressé(e) ? Parlons-en. Parlons-en.

A ce stade, on vous a normalement tout dit, mais si vous voulez prolonger la discussion, c'est avec plaisir ! Envoyez-nous vos mots doux !

Servi avec amour par l'équipe de Représente.org - 2020